Connaissez-vous le Kamisado?

Kamisado: sous ce nom un peu barbare se cache un jeu de réflexion d’une assez grande richesse. Le principe en est extrêmement simple. Une partie se dispute sur un plateau 8×8, dont les cases sont colorées selon un motif régulier. Chaque joueur dispose de 8 tours, dont les faces supérieures et inférieures sont décorées d’un motif: dragon ou sumo.

Au début d’une partie, chaque joueur dispose ses pièces sur la première rangée, face dragon exposée. Ces tours ne peuvent qu’avancer (pas de mouvement vers l’arrière ou latéral), tout droit ou en diagonale, d’un nombre quelconque de cases (en restant sur le damier, bien entendu), jusqu’à rencontrer une pièce amie ou adverse, qu’elle ne peut ni déplacer, ni sauter, ou atteindre la dernière rangée, ce qui marque le gain de la partie.

Le premier à jouer est celui qui dispose des pièces noires. Il avance une première tour qui s’arrête sur une case d’une certaine couleur. Son adversaire doit alors jouer la tour dont le motif est de la même couleur que la case où s’est arrêtée la pièce adverse. Il la déplace vers une case d’une nouvelle couleur, et le même principe s’applique ensuite. Le premier qui pose une de ses pièces sur la dernière rangée a gagné la manche. La pièce qui gagne est alors retournée, et passe du mode « dragon » au mode « sumo »: ses déplacements sont limités (5 cases maximum), mais elle peut déplacer des pièces adverses. Une partie se joue en 3, 5 ou 7 manches.

Avec ces règles simples, et des parties relativement courtes (10 minutes environ pour des joueurs qui réfléchissent à chaque coup), Kamisado s’avère un jeu extrêmement intéressant, qui ravira petits et grands (inutile de savoir compter ou bluffer pour jouer à un tel jeu). Et pour les joueurs passionnés, il existe même un championnat du monde de Kamisado.

Un jeu idéal pour les longues soirées d’été…

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?