Bruits de botte dans le monde du PLM

Décidément, rien ne va plus entre français et allemands. Après l’affaire EADS il y a quelques mois, après la petite escarmouche entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, voici maintenant que Dassault Systemes accuse son concurrent SIEMENS PLM d’espionnage industriel. Plus précisément, DS accuse SIEMENS PLM de disposer d’une liste de plus de 3000 clients CATIA, ENOVIA, etc. Meme le quotidien Le Monde en parle…

Ceci étant, on peut rester perplexe sur certains éléments de l’affaire. "Après enquête, Siemens a admis avoir trouvé une liste de 3 216 clients". Enquête menée par qui? Chez qui? L’article ne le dit pas. L’article évoque même l’existence d’un employé DS qui aurait fait un aller-retour chez SIEMENS PLM. Qui? Je vous laisse deviner de qui il peut s’agir, je n’ai pas encore trouvé moi-même…

Enfin, l’article du Monde finit sur une note qu plaira a mes ex-collègues: "Pour l’instant, Dassault Systèmes ne semble pas vouloir porter l’affaire en justice, préférant utiliser l’arme médiatique, moins coûteuse, pour défendre sa position de leader sur un marché, les logiciels de gestion de vie des produits, qu’il domine avec une part de marché de 28 %, le double de celle de son concurrent allemand." Le double de SIEMENS PLM? Là, on peut raiseonnablement se demander d’où la journaliste Annie Kahn a tiré ses informations…

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?