À quoi servent les écrans de télévision dans les chambres d’hôtel?

Je viens de passer trois jours à New-York, pour le workshop semestriel d’Affinità. Trois jours, donc trois nuit, passées dans un hôtel. Et rien ne ressemble plus à une chambre d’hôtel qu’une autre chambre d’hôtel. Un lit, un téléphone, une table, une chaie, une salle de bains, un coffre, un écran de télévision.

Une télévision?

Oui, un écran plat immense, du genre 50 pouces, tout neuf. Le genre d’objet qui doit coûter dans les 200 dollars pièces, une fois achetés en groupe. L’hôtel dans lequel je résidais totalisait une trentaine d’étages. Avec une trentaine de chambres par étages. Soit 900 chambres. Et donc 900 écrans de télévision. Donc dans les 180 000$.

Mais là, je me suis dit qu’il y a quelque chose qui cloche.

Qui regarde encore la télévision de nos jours? Et surtout, qui regarde la télévision durant un voyage business (durant lequel nous partons avec nos tablettes, nos ordinateurs portables et nos smartphones) ou durant un voyage de visite (durant lequel nous partons avec nos tablettes, nos ordinateurs portables et nos smartphones)?

Et pour regarder quoi? CNN? Fox News? Kids channel? Netflix?

Il est grand temps que les hôtels modernes comprennent que les écrans de télévision dan les chambres d’hôtel ne servent plus à rien. La télévision, enfin, les chaînes nationales, nous la regardons sur nos smartphones (enfin, quand les droits de diffusion le permettent, ce qui n’est pas le cas pour TF1 ou France Télévisions aux États-Unis). Pour le reste, nous ne regardons plus la télévision.

200 000$ multiplié par quelques centaines d’hôtels, à peut représenter une sacré somme. Et une sacré économie d’énergie si on supprime tous ces écrans allumés inutilement à notre arrivée.

Et tant qu’on parle économies, il serait aussi temps que les fabricants d’avions ou les compagnies aériennes cessent de placer ces petits symboles inutiles qui nous rappellent qu’il est interdit de fumer dans les avions. Dans un avion qui transporte 300 passagers, ce sont 300 et plus petites ampoules ou diodes qu’il est inutile de maintenir allumées (encore des économies d’énergie). Un sticker suffit à le rappeler. (c’est mon ami Michel Hayat qui m’a un jour soufflé l’idée. Un autre point de vue sur la même question peut être lu ici).

Progresser, c’est aussi savoir se séparer des objets du passés devenus inutiles au présent.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?