PoinK, GénéK

par Serge Delwasse, X1986, et Julien Ricaud, X2005 p

note : ce billet a, à l’origine, été mis en ligne en septembre 2013 sur le site de www.lajauneetlarouge.com. Les auteurs tiennent ici à remercier Jean-Pierre Henry (X64), pour sa gentillesse.

Henri Poincaré (X1873), dont on a célébré le centenaire du décès l’an dernier, est un des – voire LE – grands savants formés par l’École. À ce titre, le grand amphi de l’École porte son nom, adapté dans l’argot de l’X, par apocope, en Poinca, ou, avec une graphie modernisée, .K.

Henri Poincaré, élève, en GU avec Képi – je ferai un jour un billet sur le Képi 🙂

 

Sa correspondance, dont la BCX détient une copie, a été mise en ligne ?1. Elle a fait l’objet d’une très intéressante étude de notre camarade Moatti dans la revue de la Sabix2. Ce dernier a essayé de montrer quel élève était .K, afin de comprendre le Napoléon qui, déjà, perçait sous Bonaparte. Il nous a néanmoins semblé intéressant d’analyser sa correspondance avec le prisme délibéré des traditions.

 

L’analyse

Le cocon

La première chose qui frappe le lecteur lorsque commence, dans la correspondance de Poincaré, la période à Carva est son utilisation de l’argot polytechnicien dans ses lettres adressées à sa mère. Cet argot semble lui être si naturel – et ce, dès les premières semaines – qu’il ne se gêne pas à parler à sa mère – pourtant a priori non Xette mais à qui il a dû expliquer la signification de chaque mot – de jodot3 , bit4 , caser, temps de pioche5 et autres schiksal6 : autant de mots peu compréhensibles d’un pékin. Cette omniprésence de l’argot polytechnicien dans le vocabulaire de Poincaré témoigne d’une appropriation surprenante de l’univers de Carva – qui n’était pas encore Carva…

 

Elle nous permet également d’en apprendre sur l’argot de l’X au XIXe siècle.

 

  • Ainsi, nous trouvons les chaînons manquants : compos entre composition et compo, qui donnera compale, puis pale. et promoss, avec deux « s », entre promotion et promo ;

  • D’autre part le magnan ne s’appelait pas encore magnan, mais réfec, par apocope de réfectoire…7

 

Le frondeur

Poincaré n’était pas seulement l’élève studieux et préoccupé de garder sa place de major de promoss faisant régulièrement un compte-rendu de l’état du classement et de ses points d’avance ou de retard; il était aussi un frondeur comme peuvent l’être les X. Il est d’ailleurs possible que cet esprit se soit développé, entre autres raisons, par sa position de sergent-major qui lui a valu d’être le porte-parole des élèves pour faire part, en particulier à l’adminis, des plaintes ou des demandes de sa promotion. Il est ainsi très sévère vis-à-vis :

 

  • De la strass (l’adminis), qu’il juge tout simplement nulle8. Il ne manque d’ailleurs pas de constater que, pour le plus grand bien des élèves, ses différents membres sont à couteaux tirés9 et 10 ;

  • Mais aussi, et de façon surprenante pour un têtard, de l’enseignement à l’École. Il ne se prive ainsi pas de relever que « le travail que l’on fait ne [lui] servira absolument à rien pour ce qu'[il fera] plus tard11 et que les élèves ne sont jugés que sur « deux faculté» de [leur] intelligence ; la mémoire et l’élocution » durant des colles où « les colleurs ne vous demandent jamais de gigon12 » et jugent « sur une expression plus ou moins exacte ou sur une phrase plus ou moins bien tournée ». 

 


Heureusement que, sur ces deux derniers points, les choses ont bien changé; nous ne pouvons que nous en réjouir…

 

Le Missaire

À sa grande surprise, le lecteur attentif découvre rapidement que .K était membre de la Commission des Cotes, la mystérieuse Khômiss. Dans une lettre de fin octobre-début novembre 187413, il décrit son nouveau caser (rappelons que la composition des caserts était refaite entre la première et la seconde année) en précisant au sujet d’un certain Broussouloux qu’il « est aussi membre de la Commission ». Si lui aussi est membre, c’est que .K lui-même en était…

 

Dans son activité de missaire, il fait passer des topos, prépare la séance des cotes14 , mais, surtout, succède à Badoureau15 (X1872), qui était président de ladite commission. Poincaré, major, succède à Badoureau, major et président. Il était donc président de la Khômiss.

 

Truffant sa correspondance d’argot, frondeur, missaire : Henri Poincaré était un X attaché aux tradis et à notre École. Était-il GénéK ? Non puisqu’il était Major16 . Mais il en avait tous les attributs… En 1880, le Major perdit ses galons de Sergent-Major17 . La Commission des Cotes, vieille dame de 70 ans, survécut. Son président fut alors élu. Il prit le titre de Général, commandant la commission des cotes.

 

Références et Lexique

 

1. http://www.univ-nancy2.fr/poincare/chp/
2. Bulletin de la Sabix 51 « Poincaré le Centenaire » http://www.sabix.org/bulletin/sabixb51.htm
3. Voir, par exemple, Levy &Pinet (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k205446n)
et Fabrice Mattatia (http://www.languefrancaise.net/Argot/Mattatia1994)
4. Habit. A cette époque, le GU se présentait sous forme de frac
5. Période de révision
6. De l’allemand « das Schicksal » : le destin, le sort. Par extension le concours (20ème siècle)
7. Ce point nous permet d’ailleurs d’envisager une explication nouvelle à l’étymologie du Magnan qui sera décrite dans un prochain article
8. http://www.univ-nancy2.fr/poincare/chp/text/b066.xml
9. http://www.univ-nancy2.fr/poincare/chp/text/a108.xml
10. http://www.univ-nancy2.fr/poincare/chp/text/a146.xml
11. http://www.univ-nancy2.fr/poincare/chp/text/a092.xml
12. Rab, supplément.
13. http://www.univ-nancy2.fr/poincare/chp/text/b003.xml
14. http://www.univ-nancy2.fr/poincare/chp/text/b004.xml
15. Comme le prouve par exemple cette lettre à sa mère. http://www.univ-nancy2.fr/poincare/chp/text/a010.xml. Le lecteur averti notera que le Pitaine de Ser semble légèrement bégayer…
16. En effet, hormis chez Tintin, il est difficile d’être promu directement de Sergent-Major à Général.
17. http://www.lajauneetlarouge.com/article/tauras-du-galon-mon-garcon

 



Une lettre à sa mère

[6 Mai 1874]

 

Fac-simile de lettre du conscrit Poincaré à sa maman.
Fac-simile de lettre du conscrit Poincaré à sa maman.

Ma chère maman,

 

Que signifie cette dépêche ? Quand j’ai écrit cette phrase, je n’avais pas voulu lui attacher une si grande importance. Je voulais simplement dire que je vous attendais avec impatience et puis quand j’ai écrit cette lettre, j’étais très ennuyé. Le schicksal se met encore contre moi. J’ai peur de ne pas tenir au classement qui aura lieu avant les exams. Les exams me rétabliront à une grande distance ; mais je voudrais tenir jusque là. Voici donc le résumé de la situation. J’ai jusqu’à présent 20, 19, 18, 18, 17, l’autre 19, 19, 18, 18, 17 ; je suis donc à très peu près à égalité. J’avais 104 ou 84 points d’avance. Le dessin compte 21 ; le déficit peut donc aller de ce côté jusqu’à 126 ; mais c’est un maximum qui ne sera probablement pas atteint ; de plus je compte à mon actif le laïus et l’allemand. Enfin sur le terrain des maths, la lutte ne peut se continuer dans des circonstances aussi défavorables. La situation en était là quand Bonnefoy est schicksalé dans des circonstances éminemment favorables. Le résultat encore inconnu ne peut changer que de quelques microns nos situations respectives. C’est sous le coup de cette affaire que j’ai écrit cette lettre.

 

Maintenant il suffirait d’un coup pour me sauver et beaucoup pour me perdre. Il est aisé de voir quelle importance j’attache classement partiel ; car un grand élément de force pour moi est la réputation d’inexpugnabilité que j’ai acquise ; j’ai bien fait part de mes inquiétudes à quelques cocons, mais personne ne croit que c’est arrivé et c’est ce que je voulais. De plus cette réputation pourra me servir plus tard. Enfin il me faut cette année une certaine avance pour être tranquille l’année prochaine. J’ai aussi des inquiétudes plus sérieuses ; qui me dit que le hasard au lieu d’avoir agi dans le 2d semestre n’a pas plutôt agi dans le 1er. Qui me dit que la situation qui me paraît anormale, ne doit pas se prolonger, s’aggraver même l’année prochaine avec le gigon des galons.

 

Je ne regrette pas encore le choix que j’ai fait de l’X. Si je reste major, l’avantage est évident. Mais je ne puis m’empêcher de reconnaître que M. Forthomme avait raison sous certains rapports. Le travail que l’on fait ne me servira absolument à rien pour ce que je ferai plus tard. Dans ce moment quelles sont mes occupations ? Portera-t-on le crêpe à l’épée malgré l’adminis ? ou bien : Le colleur gobera-t-il plus cette formule si je la mets à gauche du tableau ou à droite ? En face de ces deux grosses questions, tout s’efface ; on est ici comme dans une immense machine dont il faut suivre le mouvement sous peine d’être dépassé ; il faut faire ce qu’ont fait avant vous 20 générations d’x et ce que feront après vous 2n + 1 générations de conscrards. Ici on ne se sert que de deux facultés de son intelligence ; la mémoire et l’élocution ; comprendre un cours, tout le monde peut y arriver avec du travail et voilà pourquoi tout le monde peut arriver à me chiader s’il le veut bien. Les colleurs ne vous demandent jamais de gigon ; ce système ne m’a pas réussi ; mais il n’a pas encore été employé dans des circonstances favorables, et je compte encore sur lui pour me sauver.

 

Quand je pense aux exams intelligents de [Tissot ?] et autres, aux exams intelligents que j’ai eus en février, que dis-je aux colles que je passais au bazar, je ne puis m’empêcher de prendre en pitié ces petites colles de 10 minutes où on joue son avenir dans une expression plus ou moins exacte ou sur une phrase plus ou moins bien tournée et où on juge un individu sur des différences infinitésimales. Autant presque schicksaler sa note.

 

Je suis donc condamné à cette alternative, renoncer au travail personnel ou à ma place ; comme cette alternative ne dure que deux ans, le choix que j’ai à faire n’est pas douteux ; car l’avantage que je retirerai de ma position est incommensurable ; mais il faut la garder and that is the question. Il est bien entendu que tout ceci est pour vous et rien que pour vous. Je vous présente peut-être la situation sous un jour trop noir. Ces idées ne sont pas tout à fait ce que je pense maintenant; c’est plutôt ce que je pensais hier.

 

AL 4p. Collection particulière, 75017 Paris.
Archives Henri Poincaré (CNRS, UMR 7117)
http://www.univ-nancy2.fr/poincare/chp/text/a092.xml

 


pk-bulletin[1]

Cet article vous a plu? Partagez-le!

A propos de Serge Delwasse

A heavy weather skipper

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*