L’option qui manque à toutes les applications de paiement de stationnement par mobile

Vous l’avez sans doute remarqué, les applications de paiement du stationnement depuis votre smartphone se sont développées récemment en France. C’est une bonne chose: cela réduit la quantité de papier utilisé auparavant par les horodateurs, ce qui évite de remplir nos véhicules de petits papiers qui flottent un peu partout par terre, sous les sièges ou coincés à la base du pare-brise. J’avais déjà évoqué il y a presque deux ans tout le bien que je pensais de PayByPhone. D’autres applications ont vu le jour depuis, comme OPnGo ou Whoosh. Mais une telle floraison d’applications ne va pas sans poser de question. Et aucune ne dispose de la fonction essentielle: celle du renouvellement automatique.

Au tout début était le parc-mètre

Mais ça, c’était au tout début. Ceux qui ont connu cette époque se souviennent surement du format de ces appareils ultra sophistiqués pour l’époque, qui devenaient parfois capricieux, et parfois même pouvaient se détraquer et rendre à l’automobiliste certaines de pièces de monnaie qu’il avait ingurgitées. Puis les vieux modèles aux formes arrondis ont laissé la place à des parallélépipèdes hideux mais plus fiables, qui ont fleuri un peu partout sur le territoire. Bien entendu, les tarifs et les durées de stationnement se sont mis à varier. On a inventé le stationnement résidentiel pour ceux qui ne pouvaient pas déplacer leur véhicule pendant plusieurs jours. Quant aux autres, ils n’avaient qu’à se souvenir de l’heure de début de stationnement et descendre remettre une pièce toutes les deux heures pour éviter la contredanse.

Puis les applications sont arrivées

Quelques individus plus malins que les autres se sont dits qu’il y avait forcément quelque chose à faire pour que le paiement du stationnement puisse se faire depuis un smartphone. Ce n’était pas gagné d’avance, car qui dit smartphone, di dématérialisation: il fallait que désormais, les paiements puissent être associés à une plaque d’immatriculation, renseignée dans une base de données, accessible par tous les contractuel(le)s en randonnée. C’est ainsi qu’une application comme PayByPhone s’est développée.

Certes, ces applications n’étaient pas très bien conçues. Il fallait se rapprocher d’une borne pour identifier le code de stationnement (par exemple 4101, 4102 ou 4103 sur Boulogne) là où un simple code postal (92100) aurait suffi. Pire, les ingénieurs qui avaient conçu ces produits n’avaient pas pensé que le GPS du smartphone pourrait servir à identifier la ville (voire la rue) sans demander au conducteur de se déplacer. Mais bon, petit à petit, ces applications se sont perfectionnées, et aujourd’hui, aussi bien PayByPhone que OPnGo savent identifier la ville ou l’arrondissement où vous stationner, et proposer automatiquement le bon tarif.

Avec le temps, ces applications se sont même mises à proposer le stationnement résidentiel (attention à ne pas trop essayer de jouer avec pour tromper les contractuel(le)s), à mémoriser les plaques de plusieurs véhicules, à proposer de récupérer les tickets de stationnement au format PDF (idéal pour les notes de frais). Et bien entendu, la possibilité d’interrompre un stationnement pour en réduire le coût, ou de le prolonger sans se déplacer, ont été intégrées.

Mais il manque LA fonctionnalité

Toutefois, je m’interroge sur l’absence d’une fonctionnalité: le renouvellement automatique. C’est pourtant simple à mettre en place, et ce serait rudement pratique. Par exemple, quand vous êtes au cinéma, que la séance dure 3 heures et que vous ne captez ni WiFi ni 4G dans la salle; ou lorsque vous donnez un cours devant des élèves, et que le stationnement doit être renouvelé alors que vous êtes en train d’expliquer un théorème super compliqué; ou encore quand vous passez chabbat chez des amis, et que le stationnement est payant le samedi (ce qui est devenu le cas dans presque toutes les villes de région parisienne). Le renouvellement automatique vous sauverait la mise dans chaque cas, il serait simple à mettre en oeuvre, avec un nombre de renouvellement maximum (par exemple 1, 2 ou 5).

Mais non, aucun ne le propose. Pourquoi? Certainement pas par oubli, mais plutôt parce que l’objectif du stationnement payant, ce n’est pas uniquement de vous faire payer votre place, mais plus probablement de vous faire payer un FPS (le nouveau nom du PV) de temps en temps.

Encore plusieurs questions

Je me pose encore plusieurs questions, existentielles celles-là: pourquoi diable y a-t-il plusieurs applications pour payer son stationnement? Sur une ville comme Boulogne Billancourt, je peux en utiliser deux différentes. Idem à Vincennes ou Neuilly. Pourquoi? Quel intérêt y a-t-il à voir proliférer plusieurs applications? Et quel est leur business model? J’ai appris récemment que PayByPhone appartenait à Volkswagen (sic!) alors qu’OPnGO appartient à Indigo (ex Vinci Park, plus logique). Y a-t-il de la place pour d’autres acteurs? Et la base de données des stationnements en cours est-elle partagée? Est-elle accessible en open data? Y a-t-il une API pour payer son stationnement?

Si vous avez les réponses à ces questions, merci de laisser un commentaire…

Cet article vous a plu? Partagez-le!

A propos de Herve Kabla

Hervé Kabla, président de Else & Bang, cofondateur de The Daily Finance et de la série des livres expliqués à mon boss avec Yann Gourvennec.

2 commentaires à propos de “L’option qui manque à toutes les applications de paiement de stationnement par mobile”

  1. « l’objectif du stationnement payant, ce n’est pas uniquement de vous faire payer votre place, mais plus probablement de vous faire payer un FPS »

    Pas seulement. Il s’agit aussi de lutter contre les voitures-ventouses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*