Temps de charge

Comme beaucoup de monde, de nos jours, je m’intéresse à la voiture électrique. Et ce à plus d’un titre.

Une question d’innovation

Il y a d’abord la dimension « innovation ». Je me souviens des espoirs, puis des déboires, du projet « Better Place » lancé par Shai Agassi. J’ai suivi l’histoire de Tesla, et de ses progrès. Comme tous les hommes blancs technophiles de ma génération, je me projette sur Elon Musk, l’incarnation de Tony Stark. Et pour avoir travaillé longtemps chez un éditeur de logiciel dont les clients étaient pour beaucoup des acteurs de l’automobile, je suis sensible à l’écart qui existe entre les ingénieurs qui développent du soft, et ceux qui conçoivent des voitures : leur appétence pour le copier/coller et leur tolérance à l’erreur ne sont simplement pas les mêmes. Développer un véhicule électrique, c’est faire travailler des ingénieurs qui ne parlent pas le même langage…

Une question économique

Il y a ensuite la dimension économique. Comme de nombreux franciliens, je possède non pas un, mais deux véhicules, car les aléas de la vie nous ont amenés, mon épouse à moi, à faire de nombreux déplacements professionnels. Conservateurs jusqu’au bout des ongles, nous avons bichonné ces véhicules, presque amoureusement, pour leur assurer une durée de vie optimale. Vous voyez où je veux en venir : ils sont tous les deux des véhicules dits « Crit’air 3 ». Autrement dit, il sera interdit de circuler avec d’ici quelques mois, car ils ne rentrent pas dans la grille de critères en termes de norme anti-pollution. L’un est un véhicule roulant au super, de plus de vingt ans, l’autre un diesel de près de quinze… Il va donc falloir passer à la caisse et changer de voiture.

Mais lequel choisir ? Hybride ou tout électrique ? L’union européenne veut interdire la vente de véhicules autres qu’électriques à partir de 2035, ce qui laisse encore une dizaine d’années devant nous, l’option hybride reste donc totalement raisonnable. Mais les tarifs ne sont pas les mêmes. Et un véhicule hybride, avec ses deux moteurs, pèse plus lourd.

Une question environnementale

Et puis il y a la dimension environnementale. L’électrique, nous bassine-t-on, c’est mieux. Je veux bien le croire. Pas de gaz d’échappement, pas de fumée, pas de toux. Sauf que comme tout ingénieur qui se respecte, je suis obnubilé par les conséquences de nos choix. Et la recherche du prochain véhicule, électrique ou hybride, me laisse songeur, notamment au niveau de l’autonomie et des temps de charge.

Voyez-vous, un véhicule qui fonctionne avec un moteur dit thermique, autrement dit à l’essence, super, sans plomb ou diesel, peut rouler disons entre 400 et 600 kilomètres avec un plein. Et faire un nouveau plein, cela ne prend qu’une à deux minutes dans une station service, hors temps d’attente éventuel en cas de queue. Une station service standard, c’est deux à quatre pompes, une dizaine sur autoroute, et un maillage serré, même si le nombre de stations-service a baissé, pour passer de 40000 à moins de 20000 en quarante ans.

Mais avec l’électrique, qu’en sera-t-il ? Il y a certes des places avec recharge dans les grandes agglomérations, mais ailleurs ? Sans parler de la recharge lors de grands trajets, comme les transhumances estivales. Tiens, en cherchant un nouveau modèle de véhicule pour remplacer mes vieilles charrettes, je suis tombé sur le site de Hyundai, qui propose un simulateur de trajet, avec le nombre de haltes à effectuer et le temps de charge à chaque fois. Et comme je suis un fan de Juan les Pins, devinez quel trajet j’ai simulé…

https://ev-move-hyundaifrance-site.benomad.com/#

En théorie, la durée du voyage ne change pas beaucoup : une dizaine d’heures, en comptant trois étapes, pour couper ce trajet de 930km en quatre tronçons à peu près égaux. Mais c’est parce que le simulateur estime que je peux à chaque fois charger mon véhicule jusqu’à 80% (en partant à 100%) dans un délai de 15 à 18 minutes.

Oui vous avez bien lu, 15 à 18 minutes.

Souvenez-vous de la durée d’un plein : disons 2 minutes.

Recharger un véhicule électrique, cela prend 8 fois plus de temps. Vous imaginez un peu les queues sur les aires d’autoroute ? Et le nombre de points de charge à installer. Si on compte large ,5 minutes par plein en comptant le temps de paiement et l’inertie propre à un conducteur, une station-service de 10 pompes peut, en théorie, servir 120 véhicules en une heure.

Pour charger 120 véhicules électrique, il vous faut 2400 minutes si vous n’avez qu’un point de charge (en comptant 20 minutes avec l’inertie et le paiement CB). Pour redescendre à 1 heure, il vous faudrait 60 points de charge. Bonjour le bilan carbone…

Sans parler de l’impact sur EDF, qui ne se porte pas si bien, comme on l’a récemment vu.

Bref, avant de me précipiter sur le tout électrique, je crois bien que je vais opter pour un hybride. On ne sait jamais…

PS : j’ai donc deux véhicules un peu vieux mais en parfait état à vendre. À bon entendeur…

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?