Web de Zorro

Est-ce un tsunami? Une guerre mondiale? Pire.

La conference Le Web 3, organisee par LLM au debut de cette semaine, est en train de transformer la blogosphere en champ de bataille. D’un coté, les partisans de Sam Sethi, de l’autre ceux de Loic et de Mike Arrington.

La raison de cette polémique? Un billet peu avenant écrit par Sam Sethi, redacteur de TechChrunch UK, sur l’organisation et le déroulement de l’événement, a provoqué l’ire de Loic, qui a traité le coupable de "asshole" dans un commentaire, qui a depuis été retiré de TechCrunch UK (non sans laisser de trace dans les commentaires suivants) par Michael Arrington (apparemment a la demande de Loic), Sam Sethi ayant refusé d’obtempérer.

Résultat: Michael Arrington décide de virer Sam Sethi, au moment même ou TechCrunch UK atteignait sa vitesse de croisière. Pas cool. Limite sévère. Mais la blogosphere, surtout celle anglophone, ne l’entend pas de cette oreille, et la defense de Sam Sethi s’organise. De nombreux billets fleurissent ça et là, prenant la defense du blogger licencié, et invectivant Loic et Michael Arrington pour leur comportement sur cette affaire.

Je n’etais pas present a la conference, et l’idee que je m’en suis fait s’inspire des commentaires que j’ai pu lire ça et la, notamment chez Jacques et Ouriel. Une vague d’enthousiasme, notamment chez les entrepreneurs français, peu habitués à voir débarquer la fine fleur du Web 2.0 de ce coté-ci de l’Atlantique.

En revanche, du coté des anglophones, c’est plutot la critique et déception qui l’emportent. Que reprochent-ils vraiment:

  • l’apparition de politiques français (Mrs Sarkozy et Bayrou), qui, en français dans le texte, ont reduit ce qui se voulait etre un evenement international en tribune pour la droite franchouillarde
  • les changements d’agenda induits par l’irruption de ces invités de derniere minute
  • l’absence, ou plutot le dysfonctionnement du WiFi, qui rendait toute communication inopérante – mais apreès tout, fait-on un déplacement à l’étranger pour se connecter au Net et lire ses mails? A la limite blogger, et encore…
  • le coté "Loic et ses copains", c’est nous q’on fait les meilleurs confs sur le Ouebe Deux, qui doit en surprendre plus d’un à l’extérieur de nos frontieres
  • pire, une certaine monotonie dans les debats – pas de grande nouveauté annoncée, par rapport aux conférences précédentes

Qu’en conclure? Un tel événement ne peut évidemment pas satisfaire toutes les attentes. Il faut s’attendre aux critiques, d’où qu’elles viennent, et la premiere réaction de LLM est eminent critiquable. Mais il n’est pas le seul coupable dans cette histoire. La reaction de Mike Arrington est au moins aussi critiquable. Quand bien meme serait grave la faute commise, il y a une gradation dans la sanction. On verra bien si sa decision aura ou non un impact sur le succes de TechCrunch. Quant à Sam Sethi, il s’est servi de son blog pour raler, ce qui n’a rien de forcément désobligeant. Mais en crachant dans la soupe du Web 2.0, il est allé à l’encontre de son actionnaire principal, ce qui n’est pas très fin, avouons-le.

Et puis il faudra bien un jour se rendre compte que les debat internes, au sein de notre beau pays, n’interessent pas forcement nos amis a l’etranger. Seul un francais peut trouver un intéret a la participation d’intervenants politiques s’exprimant en français. Certes, cela a jeté un petit coup de projecteur sur les web-entrepreneurs français. Mais cela a surtout servi à faire la campagne des deux candidats presents. Et a facher les invités qu is’attendaient à trouver autre chose que de la retape franco-francaise, meme à dose homeopathique… Ne pas tenir compte de cet aspect là, c’est faire preuve de negligence vis a vis de ses invités, un peu comme dans la fable de Moliere, le Renard et de la Cigogne, que j’invite mes lecteurs a relire.

Les protagonistes:

Loic Le Meur Sam Sethi (a droite) Michael Arrington

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?