Le prélèvement à la source, pour ou contre?

En ces temps de déclaration fiscale, le prélèvement à la source redevient à la mode. Il faut dire que ce procédé, promis par le président Hollande pour 2018, a pris du plomb dans l’aile, avec l’annonce de son report d’un an. Du coup, la presse s’est emparée du sujet pour le dézinguer à tout va, sur le ton de: on ne va pas demander à nos entreprises de s’occuper de collecter l’impôt, elles ont autre chose à foutre. Vraiment?

Car il faut bien le comprendre, la collecte d’impôt par l’entreprise, ça existe déjà. Des prélèvements sur votre salaire, l’entreprise en fait plein. Elle paie même plus que ce que vous imaginez. CSG, CRDS et tutti quanti… C’est ce qui fait que quand votre salaire brut – celui déclaré sur votre contrat de travail – est de disons 2000€ par mois, vous ne touchez en réalité que 1500€ (alors que le coût réel pour l’entreprise est de 2000+1000=3000€ environ). Les 500€ qui disparaissent sont bien prélevés à la source, non?

Prétendre que le prélèvement à la source alourdirait le système, c’est un peu se moquer du monde. Si l’état veut réellement débarrasser l’entreprise de prélèvements fiscaux sur le dos des salariés, il n’y a qu’à nous laisser payer le salaire brut (ou presque, à quelques broutilles près) et collecter l’impôt ailleurs, par exemple via la TVA. Mais ça, c’est une autre histoire, une mesure qui serait largement plus impôt-pulaire…

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?