Pourquoi toutes ces start-up ?

Les start-up connaissent depuis le début des années 2000 un véritable engouement. Les médias évoquent souvent une révolution culturelle et une effervescence créative. Fortement liée à l’économie numérique et collaborative, on ne peut nier la fascination que cette forme d’entrepreneuriat exerce sur les jeunes diplômés. Mais pourquoi une telle attraction? Au delà de son implication dans les technologies innovantes, la startup incarnerait la réconciliation entre quête éthique et recherche du profit.

Serions-nous en présence d’une entreprise idéale, « émancipée » de toute exploitation, libérée des affres d’un capitalisme sauvage responsable d’une intolérable souffrance au travail? Serait-elle véritablement une pépinière de possibles dans laquelle l’individu serait pleinement acteur de son avenir? Un entrepreneur coach de dirigeants de start-up, un juriste d’entreprise et un philosophe partageront leur point de vue sur ce monde qui change.

C’est sur ce sujet d’une actualité brulante – il n’y a qu’à voir le nombre d’étudiants qui se lancent désormais dans la création de start-up plutôt que de choisir des carrières plus traditionnelles – que propose de se pencher la Fondation Martin Buber. Existe-t-il un regard juif sur l’entrepreneuriat ? La question mérite d’être posée, d’autant plus qu’on considère Israel depuis quelques années comme al Start-up Nation.

Vous pouvez assister aux débats animés par Jean-Noël Thuillier, avec Laurent Edel, Yoram Elkaïm et Dimitri Sandler pour invités, le 23 novembre 2017, à partir de 19h30, dans l’espace de travail Cool & Workers. Inscription préalable obligatoire, si vous êtes intéressés, contactez-moi.

Sharing is caring!