Le parti socialiste et les maths

C’est bien connu, le monde se divise en trois, ceux qui savent compter et les autres. Au PS, ils font partie de la première catégorie. Pour preuve, les résultats de cette primaire, un peu pathétique certes, mais qui offre quelque chose de surprenant: ce tweet en dit plus qu’un long discours.

Explications: entre les résultats publiés à 0h45 et ceux publiés à 10h du matin, l’écart reste le même, malgré un apport de plus de 350 000 voix théorique. Cela paraît plus que douteux, comme si le rapport de force établi à la fin de la soirée de dimanche devait être préservé coûte que coûte, mais sur un nombre de suffrages exprimés plus important.

Tant qu’à faire, pourquoi ne pas proclamer que 4 millions d’électeurs se sont déplacés? Ce n’est pas plus difficile, il suffit de multiplier les nombres de la première colonne par un facteur 3 et quelques, je suis sûr qu’ils y parviendront très facilement.

Vous pourrez lire sur le blog de Laurent de Boissieu des explications encore plus complètes.

Décidément, les primaires à la française sont loin d’être l’exercice de démocratie que l’on croit. Tout au plus un jeu de culbuto entre apparatchiks. La coupe est pleine, et le boulevard qui se dresse devant Mme Le Pen et Mr Macron prend la forme d’une autoroute à quatre voies.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?