MAM, premier dommage collatéral de la révolution du Jasmin

Les prochains ministres des affaires étrangères ne pourront pas dire qu’ils n’auront pas été prévenus: il est désormais risqué de prendre ses vacances dans un pays aux mains d’un dictateur ou d’un régime corrompu. Exit les vacances au Vénézuela, en Iran, en Corée du Nord ou en Libye. A nous Saint-Brieuc et Palavas les flots…

Il faut dire que depuis quelques semaines, elle multipliait les gaffes, comme l’a révélé le Canard Enchaîné ces derniers jours. Entre les vacances et les trajets en avion offerts par un proche du régime, et les investissements dans la région de Gammart de son père, la position de Michèle Alliot-Marie relevait du numéro d’équilibriste. Fut-elle restée ministre de la Défense, tout cela serait finalement resté inaperçu… Et son compagnon POM lui, peut conserver sa place au gouvernement.

On retiendra que la première personnalité politique à avoir enchaîné quatre ministères régaliens sous la Ve (intérieur, garde des sceaux, défense et affaires étrangères) tombe pour une affaire de mélange des genres. Et qu’après Eric Woerth et ses embrouilles suite à l’affaire Bettencourt, la chute de MAM contribue à éloigner un peu plus le peuple français de ses dirigeants. Le président a beau passer à la télévision ce soir pour donner des explications, la seule question qu’on se pose ce soir est: qui sera le suivant?…

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?