Londres 2012: un excellent cru

Les Jeux Olympiques 2012 vont s’achever dans quelques heures. Et franchement, j’ai passé d’excellents moments sportifs dans mon canapé, à regarder certaines des épreuves, sur un téléviseur, un ordinateur … ou un Smartphone.

Les JO de l’Internet

On s’en doutait un peu, maintenant que Facebook et Twitter sont bien installés dans le paysage média: cette édition des Jeux Olympiques bien mieux tiré parti des moyens de communication modernes que les éditions précédentes. On pouvait suivre l’actualité sur à peu près tous les supports:

  • depuis les pages des athlètes, comme celle de Teddy Riner (250 000 fans environ) ou celle de Usain Bolt (30 fois plus)
  • depuis Twitter, via le hashtag #JO2012
  • sur le site Internet de France Télévisions
  • depuis son smartphone, sur l’appli de France Télévisions également

Bref, impossible de passer à côté cette fois-ci.

De formidables champions

Même si l’essentiel c’est de participer, il faut reconnaître que certains athlètes sont entrés dans l’histoire, et rejoindrons probablement le Hall of Fame de leur discipline.

  • Michael Phelps. Ce nageur prodige âgé de 27 ans détient désormais le record du nombre de médailles olympiques (22) et le record du nombre de médailles d’or (18), après avoir remporté 8 médailles lors de la précédente édition! 9 de ces médailles sont obtenues sur des relais, mais cela ne retire rien à son mérite. Phelps est un sprinter complet, aussi bien à l’aise en 4 nages qu’en paillon ou nage libre.
  • Usain Bolt. Là aussi, c’est absolument remarquable, avec 3 médailles d’or en 100m, 200m et 4x100m, titres qu’il détenait depuis 2008. Agé de 26 ans, il aura cependant du mal à réitérer cela en 2016, d’autant que la relève point le bout du nez.

De très bons résultats français

Petit cocorico, avec des titres dans plusieurs disciplines (natation, perche, judo, etc. mais rien en escrime, surprenant). Une mention spéciale aux nageurs qui ont remarquablement démarré la compétition et donné, sans doute, une motivation supplémentaire aux autres sportifs nationaux.

Bref, les JO confirment leur statut de grand spectacle international, et qu’on peut encore repousser certaines limites. Rendez-vous dans 4 ans.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?