Gregory Charles, l'autre grand Charles de la musique noire

Selon vous, que pourrait-être le concert parfait? L’adhésion entre un public, un répertoire et une formation au sommet de son art? C’est ce à quoi j’ai assisté ce soir.

Une formation exceptionnelle: un artiste talentueux, Gregory Charles, pianiste accompli(ne ratez pas les 10 premières minutes du spectacle, où il joue sur deux pianos à la fois), accompagné d’une chanteuse aussi à l’aise dans la soul que dans le gospel, et de cinq musiciens rompus à toutes les techniques d’improvisation.

gregory-charles_40

Un répertoire unique, et différent chaque soir, puisqu’il est conçu … par le public. En effet, il vous est demandé en entrant dans la salle, de déposer dans une urne un ticket sur lequel vous inscrivez le nom d’un chanteur, d’une chanson et votre propre nom. Une quinzaine sont ensuite tirés au sort par l’artiste, qui s’engage à interpréter tout ce qui sort de l’urne.

Et c’est vraiment magique, un peu comme une Olympiade de musique, où l’on demanderait aux artistes en compétition de tout savoir jouer et interpréter, mélodies et paroles. Bien sûr, c’est parfois approximatif au niveau des paroles, surtout pour celles qui n’ont pas franchi l’atlantique. Mais les mélodies y sont, tout comme le tempo, sans parler de la voix, qui reprend à son compte le timbre d’Elvis ou de Bono.

Ce soir, cela donnait quelque chose de magique, le spectacle le plus original auquel j’aie jamais assisté: Lola (The Kicks), la valse à 1000 temps (Brel), Gigi (Dalida), O Sole mio, un medley de U2, un autre de Michael Jackson, un autre de Bob Marley, d’autres titres de Kool & the Gang, des Rita Mitsouko, un Ave Maria et quelques tubes de Sinatra. Et tout cela, à la demande, face à une salle enthousiaste et qui en redemande.

Empressez-vous d’aller le voir, dernier concert parisien prévu ce samedi…

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?