Google Wave après quelques semaines d'utilisation…

Google Wave, c’est cette application censée être révolutionnaire, lancée par Google à grand renfort de buzz il y a quelques mois, et sur laquelle on n’accède, pour l’instant, que sur invitation. J’y suis depuis quelques semaines, et je profite d’une de mes rares visites sur cet obscur objet – et du fait que je peux désormais inviter de nouveaux membres moi-même – pour vous en rendre compte en cinq points.

google-wave-2

  1. Google Wave n’est pas rentré dans mon quotidien. Contrairement à Facebook, LinkedIn ou GMail qui, une fois qu’on y est, deviennent des applications incontournables, je n’ai pas encore trouvé de sujet ou de discussion qui rende Google Wave une application essentielle. De fait, j’ai constamment un onglet GMail ou Facebook ouvert, mais je n’ouvre Google Wave qu’occasionnellement.
  2. Google Wave n’est pas intrusif. En clair, alors que LinkedIn, Viadeo ou Facebook me relancent constamment pour commenter le commentaire d’un statut, ou m’inviter à me connecter à untel, Google Wave reste étrangement passif. Certes, c’est positif en un sens, car ma boîte mail n’a pas besoin d’être inutilement encombrée. Mais en soi, c’est une lacune grave. Google Wave vit en dehors des sujets quotidiens. Cela pourra-t-il durer?
  3. Google Wave est utilisé par une population trop restreinte. Grosso modo, mes amis les plus geeks. Mais je n’y trouve ni mes amis avocats, ni mes amis dentistes, encore moins mes amis chômeurs ou ma famille. Bref, pour dialoguer avec ces derniers, Facebook reste l’incontournable application de ce début de siècle. Google Wave aura du mal à faire son retard…
  4. Google Wave est complexe. Et c’est peu de le dire… Au bout d’une vingtaine de jours, les « waves » à plusieurs utilisateurs deviennent incompréhensibles… Non seulement elles ne meurent pas – quelqu’un vient toujours relancer un bout de la discussion – mais en plus leur structure arborescente devient inutilisable pour le commun des mortels.
  5. Google Wave ne correspond à aucune utilisation professionnelle. Au-delà même du point 1 précédent, je ne vois pas pour l’instant apparaître d’utilisation professionnelle de cet outil. Et c’est là une grande faiblesse. Alors que la plupart des outils du web 2.0 ont un pendant professionnel et un pendant plus personnel, j’ai du mal à distinguer un usage pro pour GW. Yves me dit en avoir trouvé, j’attends d’en savoir plus.

Bref, Google Wave, sans véritable changement fonctionnel ou dans sa manière de se propager, pourrait bien faire partie des ratés de Google.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?