Frissons d’Avril

Le fond de l’air est frais. Est même plus que frais. Alors qu’on nous parle de réchauffement climatique à longueur de journée, la France se réveille ce matin avec le sentiment d’un refroidissement climatique. Winter is coming, saison 27. -1°C par-ci, -2°C par là, si ça continue, il va falloir sortir les pneus neige. En plein Paris. Voilà qui ne va pas arranger l’état des routes en Ile de France, où chaque jour, malgré la multitude de chantiers, de nouvelles poules creusent de nouveaux nids, et où chaque automobiliste doit slalomer entre les fractures de l’enrobé, au risque de percuter un deux-roues passé un peu près. Avec le risque de verglas ce weekend, nous voici habillés pour l’hiver.

Sauf que c’est le printemps.

Enfin, en théorie.

Et que le fond de l’air effraie.

J’en veux pour preuve les récents sondages, et jusqu’à une tribune de Jacques Attali qui circule sur LinkedIn, où on nous annonce que dans le match démocratie – clan Le Pen, après deux victoires de la démocratie, le clan Le Pen risque bien de l’emporter. Le président pas encore élu qui ne faisait pas campagne en ferait des cauchemars. Un peu comme dans la fable de La Fontaine. On imagine bien la tortue Marine le Pen et sa carapace, à quelques centimètres de la ligne d’arrivée, se gaussant d’un lièvre Emmanuel Macron parti vite, mais un peu tard. Bien sûr, il y a aussi une certaine tendance à se faire peur pour re-mobiliser l’électorat comme on dit dans les QG des candidats.

Mais il y a d’autres raisons de se faire peur.

Le mini scandale McKinsey fait mal. Mal parce que le gouvernement actuel paie pour des habitudes prises sous d’autres présidents, avec d’autres étiquettes politiques. Le problème avec les mauvaises habitudes, c’est qu’on a tendance a rapidement les imiter. Il faut beaucoup de courage pour renoncer à faire comme le voisin… ET le courage, me semble-t-il, n’est pas la qualité première des politiques actuels.

Et s’il n’y avait que ça.

Mais ça n’en finit pas. L’effet papillon se fait sentir jusque dans nos Franprix et nos Carrefour Market. L’invasion ratée de l’Ukraine par les troupes russes, qui a fait semble-t-il des milliers de victimes, a pour effet de bord de provoquer non seulement une hausse des tarifs de l’énergie – 2,30€ le litre d’essence, qui dit mieux – mais également une flambée des prix … des huiles alimentaires. J’ai même entendu parler dee supermarchés où l’on rationnait le nombre de bouteilles d’huile, un peu comme le papier hygiénique il y a deux ans…

En avril, ne te découvre pas d’un fil.

Oui, avril 2022 ne s’annonce pas un grand crû.

Mais il y a pire.

Cette année, le 1er et le 8 Mai tombent un dimanche.

Rien ne nous sera donc épargné ?…

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?