FreeWifi, la revanche de Free

Free / Iliad a toujours été perçu comme une entreprise ionoclaste, capable de bousculer les tabous les plus absurdes, et de révolutionner l’accès aux technologies de la communication. Ce fut le cas avec l’offre Freebox (29,90€ tout inclus, tarif inchangé depuis quelques années), ainsi qu’avec l’introduction du triple-play (TV+téléphone+Internet). L’avance de Free en la matière, par rapport à ses concurrents, est incontestable de mon point de vue. Il suffit d’avoir perdu une heure ou deux de son temps à configurer une NeufBox ou une WanadooBox pour saisir le fossé qui sépare Free de ses concurrents…

Mais malgré son avancée technologique, Free avait manqué une occasion d’enfoncer un peu plus ses adversaires, et s’était fait doublé par Neuf Telecom, qui avait lancé, le premier l’accès à un réseau WiFi global, partagé par tous les abonnés Neuf, via l’ensemble des NeufBox connectées et pour tous les abonnés Neuf (ou tous les possesseurs d’identifiant Neuf…). J’avoue y avoir goûté à quelques reprises, tant la présence de NeufWiFi est évidente, un peu partout dans les rues de Paris. J’ai même, comble du Freenaute que je suis, acquis iNeufWiFi sur mon iPhone…

Mais désormais, Free a remis les pendules à l’heure, en lançant sa propre offre de réseau WiFi universel: FreeWiFi. Petit panorama de cette offre, de son mode opératoire, de ses avantages, et de ses probables répercussions sur l’économie des télécoms en France.

 FreeWiFi

Qu’est-ce que FreeWifi?

FreeWiFi est un réseau sans fil accessible depuis n’importe quelle Freebox (V5 minimum) à tout abonné Free qui se sera inscrit au service. Etant donné le nombre de Freebox en circulation (3 millions paraît-il, mais avec quelle proportion de V5?), cela représente vraisemblablement le réseau WiFi partagé le plus étendu au monde.

Comment FreeWifi fonctionne-t-il?

Pour bénéficier de FreeWiFi, il faut – bien entendu – posséder une Freebox. Il est nécessaire de disposer du dernier firmware (logiciel de la Freebox, mis à jour par un simple redémarrage), la version 1.5.4 plus exactement (la 1.5.3 est buggée). Puis il faut activer le service. Pour cela, il suffit d’accéder à la page http://wifi.free.fr et saisir un identifiant à quatre chiffres affiché sur le boitier Freebox V5, et de fournir un mot de passe. FreeWiFi vous définira alors un identifiant qui, associé à votre mot de passe, vous permettra d’accéder aux réseaux FreeWiFi disponibles un peu partout. La procédure est très bien expliquée ici par Freenews. Au demeurant, Univers Freebox et les autres acteurs de l’écosystème Free ont très bien « buzzé » toute la journée sur ce sujet.

Quels avantages offre FreeWifi?

On ne peut que se réjouir de ce système, qui offre de nombreux avantages:

  • Si les Freenautes jouent le jeu (cf plus bas), on devrait se retrouver avec un paquet de FreeWiFi accessible dans les grandes agglomérations. De quoi disposer – enfin – d’un véritable réseau de hotspots gratuits, compétitif par rapport au réseau de NeufBox (je mets de coté FON, qui n’a pas vraiment percé encore…)
  • En vacances, il suffit de chercher une location ou un hotel à proximité d’une Freebox. Je suis certain que les premeirs mashups à base de Google Maps et de FreeWiFi vont voir le jour dès la semaine prochaine.
  • FreeWiFi, combiné au protocole SIP, permet de téléphoner depuis son compte Free via n’importe quel réseau WiFi. En l’occurence, FreeWiFi devrait le permettre. Et pour les heureux utilisateurs d’un iPhone et de Fring, c’est la possibilité de téléphoner gratuitement vers l’ensemble des numéros fixe.

Quels inconvénients présente FreeWiFi?

FreeWiFi n’est pas exempt de défaut de jeunesse, ou plus structurels.

  • Pour se connecter, il est nécessaire de saisir ses identifiants via une page Web, un peu comme pour NeufWiFi. C’est un peu gênant à la longue, et si la session prend fin trop tôt (comme c’est souvent le cas avec Neuf), il faudra revenir à la page de connexiontrès souvent. Cela rendra difficile le surf en mode WiFi tout en se promenant…
  • Il faut activer le WiFi de sa propre Freebox pour bénéficier du service. Si votre WiFi est fermé, Free ne vous permettra pas de vous connecter au FreeWiFi d’une autre Freebox. En un sens, c’est peu logique: le communautaire, c’est dans les deux sens…
  • Cela signifie que vos voisins risquent fort de vous prendre un peu de bande passante. Free assure que l’abonné restera prioritaire, mais si plusieurs voisins s’y mettent, cela risque fort d’être une priorité aléatoire…
  • Et puis lorsque nos amis anglosaxons de passage à Paris chercheront « Free WiFi », ils tomberont sur l’offre Free qui risque fort de les surprendre…

Quels seront les probables impacts de FreeWiFi?

FreeWiFi offre un argument supplémentaire à tous les abonnés Neuf, Wanadoo et autres opérateurs qui envisageaient de franchir le pas. Car en devenant abonné Free, on accède ainsi à un réseau WiFi qui couvre potentiellement tout le territoire national – enfin, essentiellement les zones dégroupées, donc plutôt les grandes agglomérations…

Mais cet argument ne prend sa valeur que si un nombre important d’abonnés joue le jeu.

Quels problèmes pourrait rencontrer Free?

Pas de gros problèmes en vue, si ce n’est:

  • Un petit problème avec Hadopi. Free assure que l’adresse IP obtenue en se connectant à la FreeWiFi est différente de celles accordées à l’abonné dont on utilise la Freebox. Cela permettrait d’identifier, en cas de téléchargement illégal, s’il s’est produit depuis un PC « abonné résidentiel » ou un PC « invité de passage ». Je demande à voir.
  • Un problème, plus sérieux, d’étendue du réseau réellement disponible. Certains parlent de 3 millions de Freebox, c’est bien, mais combien de V5? Et combien sauront mettre à jour leur firmware, ou penseront à redémarrer leur boitier? Dans mon entourage proche, j’ai poussé nombre de foyers à passer chez Free, mais je doute fort qu’aucun d’entre eux ne songe à mettre à jour ce fameux firmware. Or sans mise à jour, pas de réseau FreeWiFi. D’ailleurs, j’aimerais bien savoir quelles sont les statistiques de déploiement des firmware Freebox: combien de vieux firmware sont encore utilisés? Là est la clef de la réussite…
  • Un gros succès avec une rupture de stock de Freebox. C’est tout le mal qu’on leur souhaite…

Au final, FreeWiFi est une petite révolution dans l’univers des abonnés Free. Quelque chose que tout les geeks attendaient. Mais qui peut tourner en eau de boudin pour peu que le nombre de Freebox migrées sur le firmware nécessaire à sa mise en oeuvre ne décolle pas vraiment. J’attends vraiment avec impatience le mashup précité…

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?