Andre Schwartz-Bart

Andre Schwarz-Bart est décédé cette semaine, à l’âge de 78 ans. Pour beaucoup, ce nom ne dira rien. A d’autres, il rappellera cet unique livre, Le dernier des Justes, Goncourt 1959 (bien qu’il en ait écrit deux autres, au succès moindre). Le dernier des Justes, c’est l’histoire d’Ernie Levy, dernier descendant d’une lignée de Justes. Non pas dans l’acception actuelle du terme Juste, comme Juste des Nations, mais comme porteur de tous les maux et toutes les catastrophes de sa génération. Ses ancêtres ont fini sur le bûcher ou masacrés lors des croisades, Ernie Levy finira son histoire dans un camp d’extermination. Fiction bouleversante, dont la lecture à l’âge de vingt ans m’a marqué à jamais. Et en particulier l’expression extraordinaire: "Pour la vie, oublier les raisons de vivre?…"

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?