250 millions de petits Facebookers: et moi, et moi et moi…

250 000 000.

Un 2, un 5 et 7 zeros. C’est le nombre magique du jour. Il correspond au nombre de profils créés sur Facebook, l’immense trombinoscope – réseau social non profesionnel en jargon web 2.0 – qui s’est emparé de la planètre depuis ce jour de printemps 2004 où Marc Zuckerberg et ses copains ont lancé ce projet.

La taille atteinte par Facebook et les statistiques d’usage publiées par Facebook appellent à de nombreuses réflexions, personnelles ou piochées ça et là:

  • 250 millions d’individus, cela correspond à la population d’un pays qui se classerait au 4e rang mondial, derrière la Chine, l’Inde et les Etats-Unis, juste devant l’Indonésie
  • Le rythme de progression de Facebook est actuellement de l’ordre de 500 000 nouveaux profils chaque jour. Avis à ceux qui voudraient lancer leur propre réseau social, il va falloir en aligner des machines…
  • Environ 30 millions des utilisateurs de Facebook utilisent leur mobile pour y accéder. Facebook for Blackberry et Facebook for iPhone ont largement contribué à l’essor de cette communauté.
  • Le temps total passé (gaspillé?) sur Facebook, si l’on totalise la durée de session de tous les utilisateurs, avoisinne 5 milliards de minutes. 5 milliards de minutes de temps de cerveau disponible, étrange que TF1 n’ait pas encore investi la place…
  • Environ 30 millions de personnes mettent à jour leur statut au moins une fois par jour. Statistique à recouper avec celle sur le nombre d’utilisateurs mobiles. 30 millions de petits messages, qui ne veulent absolument rien dire, génèrent un bruit immense, mais représentent une mine d’informations à exploiter pour ceux qui pourraient y avoir accès…

On pourrait continuer ainsi pendant des heures. Au-delà de la sociologie de Facebook, on peut également s’intéresser à la géographie de Facebook, telle que peut l’inspirer la carte suivante, on sont représenté les différents niveaux de densité de profils Facebook, tels des niveaux de pluviométrie ou de densité humaine…

facebook-250-million

Quel est le pays / la ville où la densité de Facebook est la plus forte? Existe-t-il une corrélation entre densité de Facebook et industrialisation? Quelle est la proportion d’utilisateurs adeptes du boudhisme? homosexuels? mariés avec plus de sept enfants? etc…

Je m’arrête là. Le gigantisme de cette application n’a d’égal que la taille toujours croissante de l’internet. La force de Zuckerberg est d’avoir réussi à créer un web à l’intérieur du web, un espace privé, dont les règles de progression, de mise à jour, d’échanges, n’appartiennent qu’à lui-même: Google ne peut en voir qu’une infime partie. La bataille de demain se déroulera entre ces deux géants.

Sur le même sujet, voir aussi:

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?