Les anciens élèves de Telecom Paris ne sauraient-ils pas compter?

Je suis toujours surpris par certains formulaires vous invitant à faire des dons. Tous s’appuient sur les mêmes arguments, de déduction fiscale ou de réduction de l’ISF (bientôt appelé à disparaître, n’est ce pas William?). Et tous de ressortir les niveaux de réduction (66% pour l’impôt sur le revenu, 75% de l’ISF).

Mais avouons que la Fondation Telecom fait encore plus fort, en faisant les calculs à notre place. Sachant qu’un ingénieur de Telecom a un niveau Bac+5, et qu’en général, il sait très bien faire les calculs tout seul, sans les doigts, je me demande à quoi peut servir un tel argumentaire…

Cet article vous a plu? Partagez-le!

A propos de Herve Kabla

Hervé Kabla, président de be angels, cofondateur de The Daily Finance et de la série des livres expliqués à mon boss avec Yann Gourvennec.

Une réponse à “Les anciens élèves de Telecom Paris ne sauraient-ils pas compter?”

  1. ça reflète peut-être l’opinion que les ingénieurs des télécoms ont de leurs camarades?
    L’Insead a fait mieux: ses « relanceurs » appelaient les anciens élèves en utilisant des techniques d’influence (travaux du psychologue R.Cialdini). Par exemple, ils rappelaient à l’appelé les bons moments qu’il avait passés à l’Insead, ou modifiaient le montant de la donation, en partant d’une valeur énorme, ramenée ensuite à beaucoup moins (mais en allongeant la durée de cotisation). Et surtout en cherchant à faire s’engager la personne, pour qu’elle ne puisse revenir sur sa parole.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*