StarWars, Épisode 1

Thomas Pesquet est un grand malin. Il a quitté la station spatiale à temps. Un peu comme un personnage de StarWars qui quitterait l’Étoile de la mort avant que ça ne se mette à péter de tous les côtés. À peine notre Thomas national eut-il en effet posé ses jolis petits pieds sur la terre ferme, et posté deux ou trois clichés de lui avachi sur un canapé, que ses hôtes d’il y a quelques semaines, nos amis les Russes, se sont livrés à une expérience de mécanique céleste grandeur nature : anéantir un ancien satellite, Cosmos-1408, à coup de missile anti-missile. Un truc qui tournait pépère autour de nous depuis 40 ans, et comme ça, clac, on met fin à sa trajectoire.

Résultat : une multitude de projectiles mis en orbite, qui ont semé un vent de panique à bord de l’ISS, à bord de laquelle quelques cosmonautes sont encore logés.

Hey, Thomas, réveille-toi, ya les russes qui essaient de niquer ta cabane !

Байконур, у нас был победитель (Baikonour, we have a winner) !

D’un côté, on a envie de se marrer. Dans le genre gaudriole sur fond de recherche spatiale, on a rarement fait mieux. Ah, bravo les Ruskofs ! Quel coup de génie ! On tient un candidat pour les Darwin Awards 2021 là, c’est quasi certain. « Hey, Youri, accroche-toi à l’ISS, je retire l’échelle !« . C’est à croire qu’ils n’ont jamais vu Gravity, et notamment la glaçante séquence initiale.

D’un autre côté, il faut bien reconnaître que cette idée de détruire des satellites à distance n’est pas si nouvelle, et que si le tir russe d’hier a fait parler de lui, il est à peu près certain que d’autres pays se sont livrés à ce type d’expérience, ne serait-ce que dans le cadre d’une stratégie de dissuasion : « si tu touches à un de mes satellites d’observation, je t’explose ton système de télécommunications« . En 2007, déjà, la rumeur d’une expérience similaire, menée par une équipe chinoise, avait fait du bruit dans le Landerneau.

Toute ma vie j’ai rêvé d’être un missile dans l’air

Nos amis chinois, eux, se sont livrés à une autre expérience tout aussi amusante il y a quelques jours. On sait ce pays capable de grandes prouesses techniques. Ses ingénieurs sont capables de construire en un an autant de lignes à grande vitesse que le reste du monde. Depuis quelques année, la Chine s’est mis à moderniser son arsenal à vitesse grand V. Et tout récemment, donc, s’est mise à tester un nouveau format de missile portant une charge nucléaire : capable de se déplacer à vitesse hypersonique en orbite basse, il peut faire le tout du monde t toucher n’importe quelle cible sans se faire repérer suffisamment tôt avant l’impact, pour que sa cible n’envisage une riposte. Autrement dit, en français dans le texte : « ta dissuasion nucléaire, mon grand tu sais ce que j’en fais » (pour rester poli). L’agence de presse nationale n’a pas indiqué à quel destinataire était adressé ce message, mais du côté de Washington, il se dit que c’est un moyen comme un autre d’affirmer que l’autonomie de Taiwan va bientôt atteindre son terme.

Satellites qui explosent, ogives nucléaires qui se déplacent à 6 ou 7 fois la vitesse du son sans se faire repérer. Nous vivons actuellement de tragiques bouleversements. De ceux prédits par Ronald Reagan, il y a une quarantaine d’année, lorsqu’il nous parlait de guerre des étoiles, de StarWars, mais dans sa version à lui. À défaut de StarWars, c’est plutôt à un marathon de James Bond, qu’on a l’impression d’assister.

La sortie de salle risque d’être douloureuse.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?