Quelques jours près de Porto-Vecchio

Cela faisait un quart de siècle que je n’avais pas mis les pieds en Corse. Et pour ce deuxième voyage je n’ai pas changé de destination : direction Porto-Vecchio et les superbes plages du littoral occidental. Certes, c’est un peu bondé durant la période estivale. Mais malgré tout, cela vaut le déplacement.

Si vous cherchez quelques conseils pour une escapade dans les parages, voici un rapide bilan de ce que j’ai pu y faire.

Les plages

Si vous n’allez que pour cela, vous ne serez pas déçus, vous pouvez changer de plage tous les jours et n’avoir pas fini le tour des différentes baies et criques au bout d’un mois : Santa-Lucia, Palombaggia, Santa-Ghiulia, Saint-Cyprien, petite et grande Sperone, ça ne s’arrête jamais. Celles que je viens de citer sont accessibles en voiture, mais si vous disposez d’un bateau, vous pourrez même vous rendre sur des plages auxquelles on ne peut accéder qu’au prix de longues marches une fois qu’on a quitté la route T10 qui longe le littoral.

La baie de Santa Ghiulia
La petite Sperone … bondée

Porto-Vecchio

Mignon petit port surmonté d’un centre-ville un peu escarpé, Porto-Vecchio est un endroit dont on fait rapidement le tour. Vous y trouverez une multitude de restaurants, de glaciers, de bars et de boîtes pour aller faire la fête. Cerise sur le gâteau, on y trouve un centre Chabad.

Bonifacio

Situé tout au sud de l’île, Bonifacio est le point le plus méridional de la France métropolitaine. Construite à flanc de falaise, elle vaut le détour. L’entrée de son port est majestueuse, la vue depuis les remparts incroyable. On distingue, par beau temps, les côtes de la Sardaigne, située en face, à une dizaine de kilomètres à peine. D’où l’abondance de touristes italiens.

Les îles Lavezzi

Petit archipel d’une douzaine d’îles situé au nord-ouest de Bonifacio, les îles Lavezzi sont très différentes l’une de l’autre. Certaines sont de minuscules îlots inhabités, sauf par des oiseaux. Un autre est une île où ne logent que des milliardaires – et encore, quelques jours par an au grand maximum. Une des îles héberge un cimetière marin, où sont enterrés les restes des passagers de la Sémillante, dont le naufrage fait partie des plus grand désastres marins de la flotte française en Méditerranée.

Canyoning à Pulischellu

Je ne suis pas un grand fan des activités physiques durant la pause estivale. Mais je me prête au jeu, histoire de satisfaire tous les goûts familiaux. D’où cette étape près du col de Bavella, pour un parcours de canyoning accessible à tous ou presque. Le site est majestueux, l’eau glacée, mais n’espérez pas vous y retrouver seuls : les groupes s’y succèdent, certains organisateurs essayant parfois d’assurer le parcours avec des groupes d’une quinzaine de personne toutes les trois heures.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?