Portraits de chef d'Etat

A l’occasion de la sortie de la photographie officielle du nouveau président français, j’ai trouvé intéressant de faire un petit tour sur les photographies de présidents précédents. Retrospective amusante, sur fond de costumes sombres et de drapeaux.

La photographie choisie par le service de presse du président français, ou par Nicolas Sarkozy lui-même, se veut un symbole. Debout, de trois-quart, presque entièrement visible, Nicolas Sarkozy pose devant une bibliothèque, à la gauche de deux drapeaux, le drapeau français et celui de l’Union Européenne. Symboles, symboles. Celui de valeurs culturelles, certes, mais sont-ce celles de la France ou de l’Europe? Chemise rayée, regard hautain, ce président là se veut sérieux.

Pas comme son prédécesseur, qui esquisse un sourire, à peine mystérieux. Le drapeau français est là, il flotte, largement déployé au-dessus du palais présidentielle. Mais point de drapeau européen cette fois, souvenons-nous des rapports tumultueux entre Jacques Chirac et l’Europe… Une photographie en extérieur, pour rappeler combien proche des français il voulut être, mais l’a-t-il été véritablement?

Chez François Mitterrand, les drapeaux ont disparu. Ce président là ne jouait pas avec l’identité nationale, mais plutôt avec le Front National. Tiens, la bibliothèque est de retour, et cette fois, un des livres est ouvert, comme si le photographe l’avait pris par surprise. Les livres sont si près (ou si gros), qu’on pourrait presque lire leurs titres… Assurément un monstre de connaissance, celui-là.

La photographie officielle de valery Giscard d’Estaing est celle que je préfère. Elle est, comment dire, fraîche. Elle donne une nouvelle vitalité au style officiel. Assurément, ce président là voulait donner une image de modernité.

A mon avis, le portrait de Nicolas Sarkozy se rapproche de deux grandes familles de portraits: ceux des présidents américains, et ceux des premiers présidents de la Ve république. Commençons pas les présidents américains. Ils sourient toujours ceux-là, c’est même ce qui les différencie de leurs homologues français. Ils ont beau avoir gagné deux conflits mondiaux, détenir plus de prix Nobel que le reste de la planète, et avoir inventé le pop-corn et le big Mac, ils ne "se la jouent pas", ceux-là. A commencer par Georges W. Bush, certainement pas le plus drôle d’entre eux.

Bill Clinton, une fois n’est pas coutume, a choisi une photographie où il fait sérieux. En fait, je suis embarassé avec lui, j’avais également trouvé un portrait où il sourit, et pose plus près de l’objectif, mais apparemment ce n’est pas l’officiel. Petit détail: avec lui, pas de cravate rouge, mais un beau bleu couleur ciel…

Georges H. Bush est, lui, franchement hilare. Comme bon nombre de présidents américains, il pose face à deux drapeaux au moins. Que représente le second, saurez-vous le dire?

Ronald Reagan, quant à lui, est heurex d’y être. Il a un style Chiraquien, c’est sûr maintenant. Son sourire est un sourire de proximité,

Finalement, le portrait qu ise rapproche le plus de celui de Nicolas Sarkozy, c’est celui de .. .de Gaulle, lui-même. Debout, face aux livres, les drapeaux en moins.

A moins qu’il ne s’agisse de celui de Georges Pompidou? A votre avis?…

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?