Iron Man 3

Les héros sont fatigués. Tony Stark aussi. Il déprime, fait des crises d’angoisse, se réveille la nuit pour bricoler (comme Pépère…). Mais voici que surgit un nouveau méchant, qui manipule l’ADN pour créer des êtres humains capables de régénérer leurs membres détruits dans la seconde. Entre James Bond et grand guignol, cet opus d’Iron Man, réalisé par Shane Blake (scénariste de l’Arme Fatale), qui remplace Jon Favreau, réalisateur des deux premiers opus et qui se contente de son rôle de chauffeur.

Le second degré qui est la signature des aventures cinématographiques d’Iron Man m’a semblé en perte de vitesse pour cet opuscule. Quelques gags très alambiqués, dont on ne retiendra que la scène opposant Stark à ses deux geoliers (et qui rappelle celle où Schwarznegger se sortait du même type de situation dans True Lies). Une belle scène de cascade où l’homme d’acier sauve une dizaine de membres du cabinet du président en chute libre depuis Air Force One. Mais surtout, la superbe interprétation de Ben Kingsley, toujours aussi brillant.

 

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?