Encyclopaedia inutilis

Hervé Le Tellier le rappelait lui-même récemment dans une interview sur je ne sais plus quelle station de radio : remporter un Goncourt, c’est non seulement voir les ventes du livre s’envoler, mais aussi voir progresser les ventes des livres précédemment écrits. Car quitte à découvrir un auteur, autant commencer par quelques opus vendus dans une collection pas trop onéreuse, au lieu de mettre 25 ou 30 euros dans sa dernière production. Ç a peut paraître mesquin, mais vu mon budget livres, il n’y a pas de petites économies…

C’est ainsi que j’ai commandé Encyclopedia inutilis, recueil de nouvelles écrites il y a une vingtaine d’années par le lauréat du Goncourt 2020. Et je n’ai pas été déçu. La quinzaine de portraits imaginaires dressés par Le Tellier dans ce petit livre d’une centaine de pages a de quoi ravir le lecteur épris de logique et de poésie.

À commencer par Jakob Romanson, cet étudiant d’origine franco-polonaise, à qui l’on doit la théorie dite du « vent de la langue ». Le principe est simple : on compte le nombre de fois où apparaissent les lettres O, E, N et V dans chaque mot. Si ce nombre est nul, on parle de mot « calme ». Sinon, c’est un mot « agité ». Ainsi, papa est calme, mais maman est agitée. Sur cette base, s’ensuit une succession de définition, de lemmes, de théorèmes et de corollaires dignes d’un cours d’algèbre. Avec une liste d’exercices, à la fin de la nouvelle, pour couronner le tout. Il y a de quoi concevoir un TP d’informatique, tant cette nouvelle est riche.

Mais il y a bien d’autres profils farfelus dans cette Encyclopedia Inutilis. Que dire de Fulbert Chiffert, heureux possesseur d’une bibliothèque dont les titres des livres sont parfois incrémentés, parfois décrémentés. Il dispose ainsi de l’unique exemplaire de 2002 Odyssée de l’Espace, et du Facteur sonne toujours trois fois.

Ou encore Richard Quiton, et son catalogue influençable. La description des articles qui y sont vendus varie selon le type de livre sur lequel vous posez ce catalogue. Au contact de Hugo, tout bascule en alexandrins. Et au contact de livres de Perec, je vous laisse imaginer le résultat stupéfiant.

Ou Zéphyrin Dauvergne et sa technique foldingue pour mémoriser les événements historiques.

Ou encore Paxime Podgorski, et sa théorie des noeuds, qui mériterait qu’on conçoive un Rubik’s cube pour la visualiser.

Bref, aucun regret, cette Encyclopedia Inutilis est bien plus qu’inutile : elle est incontournable.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?