Dennis Hopper

C’est étrange comment une oeuvre, une action, peut vous coller à la peau et effacer tout le reste de vos interventions. Dans la mémoire collective, Dennis Hopper, c’est avant tout un film: Easy Rider. Je me souviens l’avoir vu dans un cinéma du quartier latin, durant ma math sup (j’avais pris l’habitude d’aller au ciné le midi, c’était un excellent moyen pour décompresser entre quatre heures de maths et trois de physique).

easyrider

C’est aussi une musique: Born to be wild. Parfaitement adaptée au film.

Enfin, la première startup dont j’étais le CTO en 2000 s’appelait EasyGlider, un clin d’oeil sympathique à EasyRider, bien qu’il n’y ait eu aucun lien entre les deux sujets…

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?