Bernard Franck, Bertrand Poirot-Delpech

Bernard FrankLe hasard a voulu que deux anciens chroniqueurs du Monde disparaissent à quelques jours d’intervalle. Le premier, le plus âgé également, est Bernard Franck. Daniel Schneidermann lui a d’ailleurs consacré un billet magnifique la semaine passée. Le second, Bertrand Poirot-Delpech, académicien, nous a quittés hier.
C’est à la lecture des pages intérieures du Monde – journal dont je suis un lecteur régulier depuis l’adolescence, bien que ses positions discutables sur le conflit au proche-orient m’en éloignent progressivement – que j’ai découvert ces deux chroniqueurs. Moins connu que Poirot-Delpech, Bernard Franck était également moins ennuyeux, du moins ses chroniques étaient elles moins rébarbatives. Ses chroniques étaient plus attachantes, plus humanistes. Sa production littéraire fut églement moins prolixe. Une génération nous quitte.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?