Un boycott stupide et decevant

La stupidité ne connaît pas de limite. L’appel au boycott du prochain Salon du Livre, en raison de l’hommage qui y sera fait à la littérature israelienne, a de quoi laisser songeur. Eh quoi, devrais-je renoncer à visiter l’Institut du Monde Arabe ou cesser d’écouter Om Kalsoum ou Farid El Atrache sous prétexte de conflit israelo-arabe? Ne peut-on reconnaître, dans le camp d’en face, si tant est qu’il existe, l’éclat du talent et la lumière de l’intelligence?

Que tous ceux qui trouvent ce boycott aussi stupide qu’improductif rejoignent l’événement que je viens de créer sur Facebook. D’autant plus que David Grossman, Amos Oz et A.B.Yehoshoua seront de la partie. Et qu’on aurait tort d’aller écouter des individus dont la renommée littéraire s’accompagne d’une vision politique qu’on aurait souhaité plus large chez les grands écrivains du "monde arabe".

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?