Pirkei Avot – Les maximes des pères

Chaque année, durant la période qui s’étend de Pessah à Chavouot, nous ressortons un des traité de la Michna qui me tient le plus à coeur: les Maximes des pères, Pirkei Avot en hébreu. Il s’agit d’un texte assez court, recueil d’enseignements de morale et de principes, édictés par les sages qui vécurent la fin du deuxième temple de Jérusalem.

Cet attachement remonte à une vingtaine d’années: c’est un livre que j’ai découvert tard, dans une édition de poche, parue chez Colbo (ISBN: 2-85332-043-X). j’avais emprunté, je crois, ce livre à ma soeur, et je ne le lui ai jamais rendu depuis. C’est une édition bilingue, datant de 1986; la traduction est de Moïse Schuhl; la version ci-dessous n’en est qu’une réédition.

pirkei avot

Ce qui m’a d’abord frappé dans ce texte, c’est la sécheresse de ses énoncés, à croire qu’ils ont été faits pour être diffusés sur Twitter. Les plus courts ne font qu’une dizaine de mots, mais cela suffit à énoncer un principe à la fois percutant, précis et intemporel.

Oui, vous avez bien lu, intemporel. Ces principes édictés il y a plus de deux mille ans s’adaptent à merveille au monde contemporain. La meilleure preuve, c’est que certains ont pris forme dans notre vie de tous les jours. Des exemples? Prenez celui-ci:

Rabbi disait : « Ne considère pas le récipient, mais ce qu’il renferme : il y a des barils neufs remplis de vin vieux, et de vieux barils qui ne contiennent pas même de vin neuf. » (4.27)

…réadapté par William Saurin il y a quelques années dans une publicité qui disait: l’important, c’est ce qu’il y a dans la boîte. Troublant, non?

Ou encore:

Quatre lignes de conduite (fondamentales) sont observables chez l’homme. (1) Celui qui dit : « ce qui est à moi est mien et ce qui est à toi est tien. » C’est l’attitude de l’homme moyen. Certains disent que telle était l’attitude (des habitants) de Sodome. (2) Celui qui dit : « ce qui est à moi est tien, et ce qui est à toi est mien. » C’est l’attitude de l’ignorant. (3) Celui qui dit : « Ce qui est à moi est tien et ce qui est à toi est tien » C’est l’attitude du pieux. (4) Celui qui dit : « Ce qui est à toi est mien, et ce qui est à moi est mien. » C’est l’attitude du méchant. (5.14)

Tout comme:

Il y a quatre genres d’élèves. Celui qui comprend vite et oublie vite : son avantage est effacé par son défaut. Celui qui comprend difficilement mais qui retient bien : son défaut est compensé par sa qualité. Celui qui comprend facilement et oublie difficilement peut être un sage. Celui qui comprend difficilement et oublie facilement : c’est un bien mauvais lot.

Vous aurez reconnu, bien évidemment, la célèbre matrice BCG! Cette manière de classer les gens ou les objets en 4 catégories, selon deux axes, remonte à bien plus loin que le milieu du XXe siècle!

Je n’ai ni le temps ni le courage de vous montrer tout ce que ce texte recèle de modernité. Aussi, je ne peux qu’en conseiller la lecture, soit en acquérant un exemplaire en version originale en araméen, si vous vous sentez suffisamment à l’aise avec cette langue très proche de l’hébreu, soit bien sûr dans une version traduite.
On peut trouver d’excellentes traductions en français des Maximes des pères sur le web, comme par exemple celui du mouvement Massorti de France.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?