Marcel Azzola

C’était le Marcel de « Chauffe Marcel », à la fin de la célèbre chanson de Jacques Brel, Vesoul, dans l’enregistrement en compagnie de l’accordéoniste. L’expression est restée, entrant dans le langage courant sans qu’on se souvienne à qui s’adressait cette apostrophe.

En moins d’un an, avec la disparition d’Yvette Horner en 2018, on voit partir deux des plus talentueux accordéonistes du siècle dernier. L’accordéon, cet instrument si populaire il y a quelques décennies, et que la télévision et internet ont relégué au rang de vieillerie, alors qu’il était au coeur de nombreux folklores. Vers qui nous tournerons-nous pour crier « Chauffe Marcel », dorénavant?

Cet article vous a plu? Partagez-le!

Découvrez d'autres articles sur ce thème...

A propos de Herve Kabla

Hervé Kabla, président de Else & Bang, cofondateur de The Daily Finance et de la série des livres expliqués à mon boss avec Yann Gourvennec.

Une réponse à “Marcel Azzola”

  1. Je me suis longtemps demandé ce que « Marcel » (que je croyais anonyme) devait « chauffer ».
    Beaucoup d’expressions mystérieuses ont peut-être un sens trivial, qui s’est perdu dans les profondeurs de l’histoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*