La banque, reflet d’un monde en train de naître

Si on vous demandait d’imaginer la banque de demain, que répondriez-vous? Et sur quoi porterait votre réflexion? Il est fort probable que, d’un individu à l’autre, la réponse à cette question serait bien différente. C’est justement pour couvrir un large spectre de propositions que le cabinet Athling a sollicité 120 personnes non issues du secteur bancaire, pour livrer leur vision de la banque de demain. Le résultat paraît aujourd’hui, à l’occasion de la 12ème édition des déjeuners-débats d’Athling.

Banque - AthlingC’est ainsi que je me suis retrouvé, au début de l’été, à plancher sur un texte en compagnie d’une centaine d’autres auteurs, et non des moindres: Christophe Benavent, Jean-Michel Billaud, Jean-Paul Delevoye, Thibault Lanxade, Hugues Le Bret, Olivier Pastré, François Soulage, Michel Volle, mes amis Yann Gourvennec, Bruno Teboul, Minter Dial et Jean-Jacques Salomon, ainsi que … Cédric Villani. Vous pouvez d’ores et déjà imaginer l’allure que peut prendre un tel ouvrage.

Ce livre devrait connaître une diffusion rapide par voie numérique. En attendant que vous puissiez y accéder, voici en quelques mots les grands axes de ma contribution.

La banque doit s’adapter à son époque, quels que soient les impacts que cela induit. Cette adaptation, dans le futur, se déclinera sur plusieurs axes:

  • L’innovation: plutôt que d’être suiveur, pourquoi ne pas être pionnier?
  • La dématérialisation: la banque Nickel a ouvert la voie à une banque sans guichet
  • L’internationalisation: il est inconcevable que la relation à ma banque dépende de mon lieu de résidence
  • L’utilisation des données: une banque en sait plus sur vous que n’importe quel organisme, mais quel usage est fait de cette connaissance?
  • L’écoute du client: notre société numérique et sociale favorise les échanges, même avec les banques…

A suivre sur le site d’Athling.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?