How to argue with a cat

Convaincre ses interlocuteurs n’est pas toujours facile. Nous avons tous eu affaire un jour à quelques récalcitrants, parmi nos proches, au sein notre univers professionnel ou dans la vie de tous les jours. De nombreux auteurs ont écrit sur le sujet, nous proposant diverses approches pour faciliter notre argumentation et nous aider à être plus convaincants, comme Schopenhauer, dont l’Art d’avoir toujours raison constitue la trame du film Le Brio, récemment évoqué sur ce blog. Dans la même catégorie, voici un petit livre déniché au hasard de mes pérégrinations chez Barnes & Noble cet été: How to Argue with a cat.

L’auteur part du principe que si l’on veut devenir un as de la persuasion, autant s’entraîner avec les individus les plus difficiles à convaincre. Ces durs à cuire, Jay Heinrichs ne va pas les chercher parmi nos congénères, mais au sein du règne animal: les chats. Car selon lui, les chats sont probablement, parmi la catégorie des animaux domestiques, ceux les plus difficiles à persuader.

Je ne saurais me prononcer sur la question des chats. Mes interactions avec la race féline se limitent à ouvrir quotidiennement la porte de sa « chambre » à Snap (le chat de l’agence), qui en guise de remerciement se contente de me lancer un regard interloqué qui me fait plus penser à Rantanplan qu’à un animal supérieurement intelligent. Aussi laisserai-je à mes éleveurs lecteurs le soin de confirmer ou non cette hypothèse.

Ceci étant, How to argue with a cat est un petit livre plaisant, dont la lecture, toute graduelle et parsemée d’exemples d’interactions avec des chats, n’est pas là pour nous infliger des recettes difficiles à mémoriser, mais pour nous amener à réfléchir sur la psychologie de nos interlocuteurs, de manière à jouer sur leurs motivations. Car tout comme les chats, les êtres humains n’aiment pas être manipulés de manière ouverte. Voici donc, en résumé, les questions que soulève ce livre.

  • Commencer par réfléchir par nos motivations personnelles: cherchons la bagarre, ou à argumenter?
  • Est-ce le bon moment: tout est question de timing?
  • Dans quel état d’humeur se trouve mon interlocuteur?
  • Est-il intéressé par une discussion?
  • À quel temps développé-je mes arguments ? (idée: passer au futur)
  • Est-ce que je m’intéresse vraiment à mon interlocuteur?
  • Et est-ce réciproque?
  • Est-ce que mes arguments s’appuient sur des éléments qui ont du sens pour mon interlocuteur?
  • Quelle est ma posture?
  • Est-ce que je montre une confiance intérieure?
  • Est-ce que je propose une argumentation progressive?

Au final, ce livre ne révolutionnera probablement pas votre manière d’agir. Mais chaque fois que vous vous aurez des reproches à faire à vos enfants (range tes affaires, fais ta chambre, à table..) vous ne pourrez plus vous empêcher de penser que vous vous adressez… à des chats. C’est peut-être ce qui est le plus amusant.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?