Plateforme

Sea, sex and sun. Dans une Europe matérialiste, où l’égoïsme des uns l’emporte sur le cynisme des autres, Houellebecq nous emmène avec Plateforme dans une fable dont la thèse principale est une sorte de carpe diem orgiaque.

Fonctionnaire dépressif rattaché au Ministère de la Culture, qui tient le rôle de comptable sur de vagues expositions d’art contemporain, Michel va rencontrer le bonheur en la personne de Valérie, qui avait son boss, Jean-Yves, a pour mission de faire retrouver la rentabilité à l’offre de villages-vacances d’un grand groupe hôtelier. La solution, selon Michel? Créer des villages vacances coquins, où la sexualité s’épanouit à ciel ouvert, et dont les heureux vacanciers reviennent enfin avec de véritables souvenirs enchanteurs. Bien entendu, cela ne va pas plaire à tout le monde…

C’est drôle, évidemment très crû, mais comme toujours, Houellebcq arrive à faire percer, dans Plateforme, au travers de quelques phrases bien tournées, une vision extrêmement lucide de l’évolution de nos sociétés. Comme cette analyse originale des sources d’une nouvelle forme de racisme, dans les propos d’un ex-prof de maths ayant viré à l’extrême droite (page 87).

La notion d’égalité n’a nul fondement chez l’homme (…). Les Blancs se considérant eux-mêmes comme inférieurs (…), tout est prêt pour l’apparition d’un racisme d’un type nouveau, basé sur le masochisme: historiquement, c’est dans ces conditions qu’on en arrive à la violence, à la guerre interraciale et au massacre. Tous les antisémites, par exemple, s’accordent pour accorder aux Juifs une supériorité d’un certain ordre: si vous lisez les écrits antisémites de l’époque, vous serez frappé par le fait que le Juif est considéré comme plus intelligent, plus malin, qu’on lui prête des qualités spéciales dans le domaine de la finance – et, par ailleurs, de la solidarité communautaire. Résultat: six millions de morts.

Tout Houellebecq est résumé dans ce paragraphe de Plateforme. À la première lecture, et texte simpliste avec une vision superficielle d’un problème contemporain. En y repensant, une vision assez claire des modes de pensée en cours autour de nous. Le tout, dans ce roman-ci, coincé entre deux paragraphes dédiés au modes de fonctionnement du tourisme sexuel en Thaïlande…

Cet article vous a plu? Partagez-le!

A propos de Herve Kabla

Hervé Kabla, président de Else & Bang, cofondateur de The Daily Finance et de la série des livres expliqués à mon boss avec Yann Gourvennec.

7 commentaires à propos de “Plateforme”

  1. Je n’ai pas lu le livre de Houellebecq mais les propos du prof pris en tant que tels ne sont pas des propos d’extrême droite : ils y est au contraire question des nouvelles formes d’extrême droite (PIR, suprémacistes noirs et extrême droite décoloniale) qui se situent dans le prolongement du nazisme. A la propagande de Gobineau et Hitler présentant les Juifs comme des privilégiés fait écho le concept raciste et délirant de « privilège blanc » (*). Ainsi les Juifs et les Blancs représentent les deux cibles favorites des nouvelles formes d’extrême gauche s’étant propagées en Europe, ce qui donne par exemple les crimes antisémites de Mohamed Merah, les viols de Cologne, les crimes racistes d’Evry et Créteil, la prise d’otages de l’hypercacher etc…A la haine raciale et antisémite des uns répond le masochisme des autres, d’une société qui vit dans le déni et le mensonge, et se trouve même.dans l’incapacité de nommer les choses. Lorsqu’une société n’est plus capable de nommer les maux qui l’assaillent, elle est irrémédiablement perdue. Il suffit d’avoir lu des extraits de « Les Blancs les Juifs et nous » de Houria Bouteldja ou consulté son site pour constater les frappantes analogies avec Mein Kampf. D’autant qu’il existe au bas mot des centaines de sites ou de vidéos internet véhiculant les mêmes délires racistes.

    (*) lire la thèse d’Umberto Eco sur l’ur-fascisme et « La généalogie de la morale  » de Nietzsche est indispensable si l’on veut comprendre ce que sont les nouveaux visages de l’extrême droite, et dont le PIR est l’une des nombreuses incarnations.

  2. A la suite de l’agression antisémite d’Alain Finkielkraut, Thomas Guénolé (membre de la France Insoumise ) a tweeté « Alain Finkielkraut répand la haine. Contre les jeunes de banlieue. Etc… » Et autres inepties. Comme l’a fait remarquer Mario Stasi, président de la LICRA, ce genre de propos nauséabond rappelle le discours de l’extrême droite des années 30 qui accusait Léon Blum de semer le chaos et donc d’être responsable des insultes lancées contre lui.
    La France Insoumise, premier parti raciste et antisémite de France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*