BookBuddy, l’application mobile pour gérer sa bibliothèque

Je ne suis pas un très gros lecteur, avec une trentaine de livres lus par an en moyenne. Mais je suis très attaché à mes livres: je ne revends que ceux qui ne m’ont pas intéressé, via Amazon d’ailleurs. Les autres constituent la bibliothèque familiale, qui comporte un peu plus de 1000 ouvrages de nature très diverse (sans compter les bandes dessinées et les livres pour très jeunes enfants). Répartis sur plusieurs bibliothèques de la maison, cachés parfois derrière une rangée de livres, certains sont difficiles à retrouver au moment où ma femme ou mes enfants me demandent si l’on possède ou non tel ou tel livre. Du coup, je me suis mis à rechercher frénétiquement une application de gestion de bibliothèque. Après en avoir installé et rapidement testé une demi-douzaine (dont ClassBook, MaBibliothèque, iBookShelf), mon choix s’est porté BookBuddy, conçu par l’éditeur Kimico.

Le cahier des charges était assez simple. L’application devait me permettre:

  • De rentrer les livres un par un via un scan du code-barre. Toutes les applications le permettent, mais BookBuddy se distingue par un mode rafale qui permet, un peu comme à la caisse d’un supermarché, de scanner plusieurs livres avant de valider leur enregistrement dans la base.
  • De disposer d’une fonction de recherche par auteur, par thème, par pièce.
  • De mentionner dans quelle pièce est rangé un livre donné. Cette information est bien sûre appelée à évoluer, et doit donc pouvoir très simplement être mise à jour.
  • D’être multilingue: je possède es livres en anglais et en hébreu, toutes les fonctionnalités doivent supporter le changement de langue. BookBuddy atteint ses limites en la matière, le scan des code-barres des livres en hébreu ne fonctionne pas, mais la recherche par titre, elle, fonctionne bien.
  • De permettre d’exporter la base de données des livres pour en extraire des statistiques, comme un classement des auteurs par nombre de livres. BookBuddy propose un export au format SQLite, et le fichier de données peut être enregistré sur une Dropbox connectée. Via SQLite, on peut ensuite générer un fichier csv et faire tous les traitements que l’on souhaite: à terme, pourquoi pas, un minisite pour permettre à d’autres personnes de consulter cette bibliothèque personnelle. On peut aussi éditer la base avec un outil de gestion de base de données, comme DB Browser (gratuit).

    La synchro / sauvegarde, ici sur iCloud. La taille paraît un peu aberrante, le programme mérite d’être optimisé

J’ai donc passé un peu plus de quatre heures à scanner la majeure partie de ma bibliothèque, sans trop de difficultés. J’en suis à plus de 900 références, cela va donc assez vite avec le mode rafale. Il me reste encore quelques dizaines de bandes dessinées à intégrer. Le scan en mode rafale, étagère par étagère, fonctionne correctement, BookBuddy détecte même les doublons (et oui, il y a des livres dont on avait oublié qu’on les possédait déjà). Une cinquantaine de livres ont eu du mal à passer: soit parce qu’il ne possèdent pas de code-barre, c’est le cas des livres antérieurs aux années 70 en France, soit parce que leur code-barre ne passait pas (principalement les premiers code-barres). Pour ceux là, BookBuddy propose un mode manuel débrayable: soit vous lancez une recherche (sur quelle base? mystère) en indiquant un titre, un auteur, une maison d’édition ou un code ISBN, et BookBuddy vous renvoie une liste de livres qui répondent à la requête; soit vous saisissez manuellement les informations essentielles, comme le titre, l’auteur, la maison d’édition, l’année de parution, le nombre de pages, etc. Il est même possible de photographier la couverture (mais il manque une fonction de recadrage).

Classement par titre ou par auteur


On peut rechercher un livre par auteur (ici Olivier Guez) pour le rajouter à sa base. Ou chercher, dans sa base, tout ce qui concerne Harry … Potter

La version gratuite de BookBuddy est limitée à une cinquantaine de livres. Je suis donc passé à la version payante, dite BookBuddy Pro (5€ environ) sans aucune difficulté (c’est la même application semble-t-il).

Bien sûr, tout n’est pas parfait, et BookBuddy mérite encore quelques développements additionnels. Voici ceux qui me semblent les plus urgents, au cas où un responsable produit de Kimico passe sur ce blog:

  • La gestion des auteurs est perfectible: pour l’instant, on ne peut indiquer qu’un seul auteur. Dans le cas de livres écrits à quatre mains (comme certains de la collection « expliqués à mon boss« ), il faut mentionner les deux auteurs sur le même champs, et seul le premier apparaît quand on parcourt la base de livres.
  • On aimerait bien pouvoir sélectionner plusieurs livres à la fois, pour leur effectuer un traitement global, comme, par exemple, les réaffecter à une autre pièce: pour l’instant, on doit opérer un par un.
  • Les vieux codes ISBN à la française passent mal, parfois.
  • Pouvoir recadrer les photos des couvertures me semble impératif
  • Mieux gérer les catégories, notamment pour les bibliothèques multilingues.
  • Disposer d’un lien qui permette de mettre en vente, sur Amazon par exemple, certains livres qu’on possède en double ou dont on veut se débarasser

Bref, BookBuddy est un outil bien conçu, qui rendra bien des services à celles et ceux qui croulent sous les livres…

Cet article vous a plu? Partagez-le!

A propos de Herve Kabla

Hervé Kabla, président de Else & Bang, cofondateur de The Daily Finance et de la série des livres expliqués à mon boss avec Yann Gourvennec.

2 commentaires à propos de “BookBuddy, l’application mobile pour gérer sa bibliothèque”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*